Monsieur Nathaniel LEE, adhérent à l’AGAM, a entrepris, l’âge de la retraite venue, de répertorier les 320 moulins à vent du Médoc.

Architecte de profession et ancien maire de LABARDE, il lui a fallu trois ans de recherche pour finaliser son ouvrage « Quand le Médoc avait des ailes » 300 pages de photos et cartes anciennes, de plans, …

Nathaniel Lee, fut architecte pendant plus de 35 ans à Labarde. C’est en sillonnant le Médoc pour
son travail, qu’un jour au moment de prendre sa retraite, lui est venue l’envie de recenser ces tours
de pierres et de moellons, aperçues au bord d’une vigne ou à la lisière d’un bois.
Intrigué par ces vestiges, il a voulu en connaître plus sur leurs origines et faire en sorte que l’on
puisse garder une trace de leur existence.
Toutes les communes du Médoc ou presque ont eu au moins un moulin à vent. Cet inventaire en
répertorie 320, dont il ne reste plus que 50 tours debout en plus ou moins bon état.
Ce sont les communes du Nord Médoc qui furent les plus prolifiques. Pourquoi ? Parce qu’à
l’époque d’Henri IV, le Seigneur de Lesparre, décida de confier à des ingénieurs hollandais le
« dessèchement » des marais du « Bas-Médoc » ce qui permit de gagner de nombreuses terres
cultivables, où furent dans un premier temps, ensemencées des céréales.
Dans le Sud les moulins étaient moins nombreux mais chaque commune possédait un ou plusieurs
moulins en fonction de leur population.
Dans le Nord leur disparition est d’abord venue de la plantation de la vigne, préférée aux céréales,
au sud elle est due à la décision de planter des pins maritimes afin d’assainir et retenir les dunes de
sable. Puis vinrent la mécanisation et les minoteries.
Aujourd’hui en Médoc, un seul moulin tourne encore et moud toujours de la farine, que l’on peut
visiter et admirer, tout entoilé. Un autre, restauré dans les années 1980 possède de magnifiques ailes
Berton. Et puis tout récemment l’ancien Moulin Rose a été restauré avec la pose d’ailes.
Une vingtaine de tours ont été préservées par leurs propriétaires avec la mise en place d’une toiture,
la réfection des murs en moellons et parfois avec un aménagement intérieur.
Quant aux autres, la plupart sont en train de disparaître sous d’épais manteaux de lierre qui les
disloquent et les minent.

Ce livre est vendu par souscription pour une parution en décembre 2018.

Télécharger le bulletin de souscription

Livre : « Quand le Médoc avait des ailes »
FacebookTwitterGoogle+